BIENVENUE SUR LE SITE DES ETABLISSEMENTS MUTUALISTES LOIRE ET HAUTE-LOIRE

La Mutualité Française déploie depuis un an à Paris et à St Etienne son programme expérimental Tensioforme.
Il est destiné aux adhérents mutualistes qui souffrent d’hypertension artérielle ou qui présentent un ou plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaire.

Dans la Loire, ce dispositif expérimental s’appuie sur la Mutualité française Loire SSAM , 4 mutuelles (Eovi, Existence, MGEN, Mutuelle de France Loire),les associations et des infirmiers libéraux.

Aujourd’hui, ce sont plus de 190 personnes qui participent au programme.
Ces hommes et ces femmes ont répondu favorablement au courrier de leur mutuelle « pour mieux comprendre leur maladie », « se rassurer » et surtout « agir et prendre soin de leur santé ».

La sécurité des patients et des personnels est une préoccupation majeure de la Mutualité française Loire SSAM.

 

Pour re-sensibiliser les équipes aux bonnes pratiques professionnelles dans la prise en charge des patients, tout en garantissant leur sécurité mutuelle,

une journée de mobilisation STOPRISK est organisée par l’équipe opérationnelle d’hygiène et les correspondants en hygiène,  

le 4 juin 2012

à la Clinique Mutualiste Chirurgicale,

de 9h à 16h,

en collaboration avec le Centre régional de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales.

Tout au long de la journée, des stands d’information seront proposés aux professionnels.

Depuis quelques mois, la Résidence Mutualiste Les Tilleuls, Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes situé à La Grand Croix, propose pour les résidents de son unité psycho-gériatrique, des ateliers de médiation animale.

Une dizaine de résidents se retrouvent autour d’Isabelle ROBERT, intervenante en médiation animale, son chien, Doogy, un cavalier king charles, et ses deux cochons d’inde, « des animaux idéales pour monter sur les genoux », précise Mme Robert.

Durant une heure, les résidents vont pouvoir caresser les animaux, jouer avec eux, les brosser, leur donner à manger. « Petit à petit, on avance ensemble. Au tout début, les personnes âgées n’osaient pas trop, aujourd’hui, après plusieurs séances, on a appris à faire connaissance et d’eux même, ils prennent désormais des initiatives pour s’occuper des animaux. »explique l’intervenante.